Texte :

Serge Bonin

Mise en scène :

Jean-François F. Lessard

Assistance à la mise en scène :

Mélissa Bolduc

Interprétation :

Jean-Simon Cantin, Olivier de la Durantaye, Nicolas Létourneau et Sophie Martin

Costumes et conception graphique :

Marie-Renée Bourget Harvey

Décors :

Élyane Martel

Éclairages :

Jérôme Huot

Musique :

Philip Larouche

Ce spectacle aux allures de comédie réunit deux personnes ayant un handicap intellectuel et deux acteurs professionnels. Une rencontre imaginée par Serge Bonin, qui ouvre sur de profondes discussions, là où la soif de vivre donne lieu au choc des idées.

Tout le monde nourrit des rêves. Certains les réalisent brillamment, tandis que d’autres, dont les désirs ne sont pas moins « normaux », doivent batailler pour aller à l’encontre des limites imposées par la nature. Avec une folie rationnelle et une lucidité naïve, Du ciment sur les ailes propose une mosaïque de saynètes qui lèvent le voile sur un même besoin d’aimer, de s’accomplir et de comprendre le monde.

Tournée

18 au 29 novembre, Studio de création Marc-Doré, Théâtre Périscope

Échos des médias

« Merci à tous, à Jean-Simon et Olivier surtout, de nous avoir rappelés au souvenir de certaines pages évitées ou oubliées de notre livre de citoyen spectateur. »

Jean St-Hilaire
Le Soleil

 

« L’ensemble émeut par la sincérité du propos, par la joie et la complicité des interprètes. Et charme par sa fantaisie, tout en posant des questions sérieuses. Dont celle-ci : les limites les plus difficiles à dépasser viennent-elles de la naissance ou du regard des autres ? »

Marie Laliberté
Journal Voir

 

« Cette pièce drôle et touchante à la fois fait un pied de nez à tous ceux qui pensent que les handicapés ne peuvent pas réaliser de grandes choses. Du ciment sur les ailes est un véritable hymne à l’acceptation de la différence. »

Mylène Thériault
CHYZ 94,3

 

« Je suis littéralement sortie de là boostée, exaltée, permettez-moi l’expression, j’étais sur un high total, j’étais vitaminée. Je me suis dit : moi, dans le fond, je suis juste paraplégique. Ils m’ont donné une leçon de courage. »

Julie Vancraenembroeck
CKIA 88,3

 

Pour avoir accès aux articles complets : Revue de presse